Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tennis tribune

Tennis tribune

Blog de tennis. Tests de raquettes, infos, billets d'humeurs sur le monde du tennis pro et amateur.


La tactique pour battre Nadal…

Publié par Rafael Babal sur 17 Février 2014, 17:03pm

Catégories : #Les chroniques tennistiques de Rafael Babal

Nadalite

 

Illustration Nicolas Livet

 

La folie du filet

 

Bon, au vu de la déculottée qu’a pris Federer (et d'autres) face à Nadal à l’open d’Australie, il convient je pense de remettre les choses au point.

 

Non on ne bat pas Nadal en venant à la volée. Cette espèce de croyance désuète et charmante qui veut que l’on trouve son salut au filet contre plus bourrin que soit est suicidaire quand on voit le résultat.

 

D’ailleurs ça ne loupe pas, à chaque fois qu’un joueur ou une joueuse domine outrageusement tous les autres, allez hop zou, on envoit tout le monde à l’assaut du filet et tant pis pour les dommages collatéraux. 

Et je ne parle pas du licenciement imminent de Stefan Edberg

 

 

L’histoire se répète

 

On a déjà eu l’exemple à l’époque ou Steffi Graf empilait les trophées.

 

« La joueuse qui pourra la battre fera service volée » disaient alors les experts. Laissez moi rigoler ! Quelques années plus tard on a vu Monica Seles arriver et rivaliser avec l’allemande en lui  balançant des pains du fond du court pour la déborder.

 

Aujourd’hui les filles d’une manière générale on repris cette façon de jouer fine et délicate.

 

Chez les mecs les seuls qui arrivent à gêner Nadal sont ceux qui arriventà dicter leur loi du fond du court.

 

Alors dit comme ça, ça peut faire doucement rigoler. Mais quand on y regarde bien cette tactique est celle qu’applique Novak Djokovic.

 

Une tactique difficile à appliquer

 

Pour y arriver il doit maîtriser le lift espagnol qui souvent lui arrive plein centre dans les premières frappes.

Nadal fait ainsi pour ne pas donner d’angle au serbe, l’obliger à jouer court pour prendre ensuite le jeu à son compte.

 

Pour contrer cela le serbe tente de prend la balle le plus tôt possible pour ne pas subir le lift hispanique, lui enlever du temps pour qu’il ne puisse pas lifter comme il le veut, pour qu’il raccourcisse à son tour ses frappes.

Du coup le serbe joue aussi plein centre le plus tôt possible, au sommet du rebond. Avec une balle qui arrive à toute berzingue sur lui, Nadal se trouve gêné de ne pas pouvoir donner toute l’amplitude qu’il veut à son geste. Cela dérègle son timing et ses balles sont moins lourdes.

 

Un gouffre entre la théorie et la pratique…

 

Mais ça forcément ça prend du temps.

 

Et ça Federer, il ne réussit pas à le faire, mais si ça peut le consoler c'est le cas de beaucoup de joueurs sur le circuit.

 

Le suisse et les autres sont souvent pris par le lift et la longueur de la balle de l’espagnol. Ils cherchent à s’en dépêtrer en mettant l’espagnol loin de la balle et ça rate.

La base c’est la neutralisation du lift et après le débordement et non pas la neutralisation par le débordement.

 

Evidemment tout cela reste théorique, et j’ai l’air malin à donner des conseils moi qui n’ai jamais réalisé de grand chelem que sur ma wii de salon (hé ouais quand même et avec Tsonga encore ! Comme quoi…)

 

Surtout qu’en appliquant cette tactique ça peut faire des matchs euh… ennuyeux.

 

Mais ça s’est déjà vu non ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents